Candidature : Robin Maso

Robin Maso
Homme
Représente l'entité : Semeurs d'arts
Catégorie SmartFrance : Bénéficiaires : employeurs utilisateur·trices de gestion de contrat
Phlin

Votre métier, votre activité :

L’activité de Semeurs d’arts se découpe en trois axes : La Semence, Espaces d’arts éphémères et, Accompagnement de projets. Basée sur le principe d’un échange entre artistes et citoyens, La Semence engage l’un et l’autre dans la construction d’un programme culturel soutenant une production artistique professionnelle en cohérence avec la dynamique d’un territoire et les besoins d’une population. Inspiré du modèle AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), ce dispositif, associe professionnels de la culture et habitants à chaque étape de sa construction : choix des artistes, des dates, des lieux, financement… Ainsi la Semence défend un modèle de développement local qui s’appuie sur un modèle économique mettant en avant la contribution et la responsabilité de tous pour faire de la culture un bien commun démarchandisé. Espaces d’Arts Ephémères est un dispositif de sensibilisation à des pratiques artistiques en lien avec l’environnement. Dans le cadre de ce projet, Semeurs d’arts propose un programme d’éducation à l’environnement par l’approche artistique en milieu naturel. Ce programme est composé de temps de sensibilisation accompagné de représentations ou d’expositions. Les activités entrant dans l’axe Accompagnement de projets sont multiples. Il s’agit d’accompagner des productions (création, diffusion, actions culturelles) portées et développées par les artistes soutenus par Semeurs d’Arts et construites en partenariat avec d’autres structures.

Que pouvez-vous apporter au projet Smart ? Quelles sont les compétences et expériences que vous souhaitez apporter au sein du conseil d’administration ?

Depuis 2013, je participe au CA de Smart en tant que représentant de la catégorie bénéficiaire coordinateur d’activité. Aujourd’hui mon activité professionnelle a évolué. Elle est associée au développement de Semeurs d’arts pour laquelle j’assume la mission de coordinateur artistique. Cette association est née en soutien local à l’activité d’artistes impliqués dans une démarche coopérative et menant un travail artistique personnel en lien avec la nature, l’homme et son environnement. La coopération fait donc partie de son ADN depuis sa création et une de mes missions et de la faire vivre entre les parties prenantes. Mon parcours m’a conduit à développer une démarche coopérative autour de 3 piliers essentiels que sont l’appropriation de l’outil de travail, la recherche de complémentarité de compétences et l’engagement personnel au service d’un projet partagé. Ce qui me plaît dans la coopération, c’est que l’on ne travaille pas pour quelqu’un·e mais avec quelqu’un·e. La question de la coopération a porté ma construction personnelle. Elle est liée à l’éducation populaire, à la diversité, au vivre ensemble, au respect des compétences et des différences et à la mise en place d’outil favorisant la co-construction.

Pourquoi vous présentez-vous au Conseil d’Administration ?

Si le premier CA avait pour objectif la consolidation des fondations, les enjeux ne sont plus les même aujourd’hui. La question centrale est celle de l’appropriation du projet par ses acteurs et de la construction d’un meilleur équilibre de leur représentation. Il est temps de réévaluer cet équilibre en considérant la possibilité pour l’ensemble des parties prenantes de s’impliquer. Une structure comme Smart porte en elle une grande complexité et un nouveau CA ne partira pas d’une feuille vierge. Il est donc important de pouvoir partager l’expérience du CA précédent avec les nouveaux venus et surtout de leur donner la matière pour qu’ils forgent leur propre expérience.

Comment voyez-vous Smart dans le futur ? Quelle est votre vision à terme du projet ?

Une des plus grandes forces de Smart est de s’appuyer sur un rayonnement territorial pour défendre une vision collective du monde du travail autour de la capacité de chacun à porter un projet. Imaginons quel poids nous pourrions avoir si en plus de cela l’outil Smart s’appuyait sur son rayonnement territorial pour favoriser la co-construction d’actions sur les territoires. La diversité des individus et des compétences qu’elle rassemble est une des richesses de Smart. Au-delà d’être un outil mutualisé, Smart peut être un formidable outil de co-construction. Il s’agit pour cela d’y créer le contexte favorisant les rencontres, les échanges et les collaborations. Les ingrédients sont déjà là, il suffit d’un peu d’articulation entre eux.