Candidature : Caroline Senez

Caroline Senez
Femme
Catégorie SmartFrance : Salarié·es de la coopérative
59170 - CROIX

Votre métier, votre activité :

A la base consultante sur des questions de développement durable et d'économie sociale et solidaire, j'ai rejoins Smart il y a un an pour intégrer la direction du Développement (DGD). Je suis depuis mobilisée à plein temps pour la création du Bazaar St So à Lille qui ouvrira le 20 juillet pour devenir notre siège national et le bureau de Lille. le projet est partenarial et implique différents dimensions complexes (juridique, financier, architectural, institutionnel). Dès la livraison du projet, je reste en lien avec lui en y travaillant à 50% mais je vais pouvoir reprendre des activités de développement liées notamment à la stratégie des tiers lieux et la mesure de l'impact social de smart en lien avec d'autres collègues. Plus globalement j'aime mener des projets collectifs en travaillant sur la transversalité et des approches différentes dans les équipes. La transversalité, vaste sujet chez smart où nous devons nous appliquer une démarche de progrès. Le fait de travailler sur le Bazaar a mobilisé beaucoup de collègues de toutes les directions et c'est à une petite échelle un élément révélateur de ce que nous faisons déjà très bien et aussi de ce que nous pouvons améliorer.

Que pouvez-vous apporter au projet Smart ? Quelles sont les compétences et expériences que vous souhaitez apporter au sein du conseil d’administration ?

Je baigne dans le milieu coopératif et associatif depuis mon plus jeune age. J'ai géré ou fondé un certain nombre de coopératives (ExtraCité, Superquiquin (supermarché coopératif), SOLIS( energie photovoltaique, Citiz (autopartage). Je pense donc être en capacité trouver un équilibre entre le rôle d'une administratrice et celui de salariée. la double casquette habituelle dans les coopératives. Mon expérience de consultante m'a aussi amené à voyager dans plusieurs région et pays pour trouver des innovations dans les coopératives. Je ne suis donc pas smartocentrée ce qui me semble aussi important.Et mon arrivée récente en tant que salariée me permet encore d'avoir certains étonnements quant au fonctionnement de nos instances et structure administrative mutualisée avec la Belgique, qui présente beaucoup d'avantage mais aussi quelques points à améliorer.

Pourquoi vous présentez-vous au Conseil d’Administration ?

je connais bien SMART, ayant été gérante d'une coopérative partenaire pendant 15 ans (ExtraCité). j'ai vu la structure grandir, se rapprocher de la Belgique et j'y travaille aujourd'hui. Je soutenais le projet politique avant même d'y travailler. Le CA est une émanation de toutes les parties prenantes de l'entreprise, il doit venir questionner, stimuler, soutenir quand il le faut, les administrateurs délégués et l"équipe salariée. Il doit être un lieu de dialogue ouvert, franc et constructif au service de l'entreprise et de ses membres. Dans les bonnes périodes et dans les mauvaises aussi. A mon sens les administrateurs se doivent d'être particulièrement responsables et disponibles pour travailler à des solutions collectives orientés vers le développement de SMART et de son réseau européen. Ils doivent aussi être des ambassadeurs de SMART partout où ils peuvent faire valoir ce projet innovant encore trop méconnu. Et les administrateurs doivent COMMUNIQUER! je trouve que les travaux du CA manquent de visibilité, nous ne savons que peu ce qui s'y passe (ce qui ne veut pas dire qu'il ne s'y passe rien heureusement). Si nous voulons faire coopérative, il faut régulièrement revenir vers les différents collèges pour les interpeller. Je ne suis pas partisane d'une cogestion de la boite par tous, je crois à la délégation des pouvoirs et dans l'exercice d'un mandat clair et transparent. Nous pouvons encore beaucoup progresser sur ce point, j'ai envie d'y apporter ma contribution.

Comment voyez-vous Smart dans le futur ? Quelle est votre vision à terme du projet ?

Cette élection au CA est une étape décisive et de transition. Le mandat sera court, il a une mission de révision des statuts ce qui n'est pas forcement le plus marrant (et pourtant je suis juriste à la base) et il va surtout s'exercer dans une période qui risque d'être très compliquée pour SMART comme pour beaucoup d'entreprise. Les CA devront être solides et solidaires. Au delà de ce contexte , je pense que Smart France doit lier trois niveaux: - l'européen que nous trouvons au quotidien dans le franco belge mais qui peut aussi s'appuyer sur des collaborations avec l'Italie, l'Espagne ou d'autres. peu de structures dans l'ESS ont la dimension de Smart il faut la défendre et s'appuyer sur elle pour développer les smarts nationaux. - l'échelle nationale. il m'arrive encore de me demander pourquoi tant d'entrepreneurs se tournent vers des statuts tellement dangereux pour eux. Nous sommes un pays encore centralisé et une présence renforcée dans les lieux d'influence est à renforcer. et je parle tant de niveaux politiques et que de grandes écoles, d'université ou d'incubateur par exemple. - l'échelle locale. nous avons une immense chance d'être présents dans beaucoup de grandes villes. pour autant je ne suis pas certaine que nous soyons connus et reconnus par les collectivités locales et les acteurs locaux. La coopérative ne doit pas être isolée, elle doit s'inscrire encore plus dans des réseaux et ainsi diffuser son modèle de coopération dans le monde du travail.